expositions passées

Esther Ségal

07/07/2016 - 30/07/2016

Lame de fond

Esther SEGAL / 

Esther Ségal
Esther Ségal
Esther Ségal
Esther Ségal
Esther Ségal
Esther Ségal
Esther Ségal
Esther Ségal
Esther Ségal
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL
Esther SEGAL

Esther Ségal, née en 1973, est photographe plasticienne depuis maintenant quinze ans, mais elle a débuté par une carrière de violoniste. Après avoir fait les classes musicales de Thiais et donné des concerts de chants et en orchestre, elle se tourne vers les mondes de la mode, de la publicité comme modèle, puis vers le cinéma et la télévision en tant que comédienne.Parallèlement, elle poursuit des études universitaires et obtient un doctorat avec les félicitations à l’unanimité en arts et sciences de l’Art en 2000. Elle inscrit sa création dans le champ de l’art contemporain et oriente sa production dans une double recherche philosophique et artistique. Ce travail si singulier, qui prend en charge le médium photographique, fut très vite remarqué par Claude Mollard, Jean-Luc Chalumeau ou encore André Rouille.
 

La photographie comme écriture de lumière



D'abord orienté sur de nombreux sujets extérieurs et thématiques divers, le travail d?Esther Ségal ne peut être enfermé dans une formule ou un genre.
Son travail s'est peu à peu éloigné de toute référentialité existante pour s?interroger sur la définition de la photographie en tant qu?écriture de lumière. Ses photographies deviennent surfaces d?empreintes, tactiles et palpables. Esther Ségal utilise le flou comme intercesseur entre l?écriture et l?image, entre un visible et un invisible. L?artiste s?inspire de la peinture abstraite qui repousse l'expression plastique, son travail se construit dans un univers photographique à proprement parlé, dans un lieu de dialogue entre abstraction et représentation du sacré.